La revue de presse du Château




Téléchargez l'article
au format PDF

Busca-Maniban classique

Détours en France - juin 2007 - 28 June 2007

Avec sa façade en majesté, largement ouverte sur un parc à la française, Busca¬Maniban, noble demeure d'une illustre famille de magistrats, séduit par ses airs de petit Versailles.

Le royal château a sûrement inspiré le désir de grandeur de Thomas de Maniban lorsqu'il fit bâtir la demeure actuelle. Un portail d'entrée, coiffé de son chapeau de gendarme, vous fait pénétrer dans la cour d'honneur. Il porte la date de 1649, le début des travaux qui se poursuivirent jusqu'à la fin du règne de Louis XIV. De part et d'autre de la cour, les ailes bizarrement crénelées tranchent avec la porte d'entrée, travée dorique surmontée d'un fronton cintré. Franchissez le seuil : le vestibule est théâtral ! Logé sous une belle voûte en arc de cloître, il occupe toute la moitié nord du corps de logis sur toute sa hauteur et sa profondeur, largement éclairé par les fenêtres du palier côté jardin. Le morceau de bravoure en est l'escalier monumental, avec ses pilastres de pierre et de bois de style ionique et la rampe en fer forgé, un modèle d'élégance. Suivez-la jusqu'au premier étage. Là, sous la galerie, une porte vous conduit à la salle «à l'italienne». Sous une voûte aussi majestueuse que celle du vestibule, une galerie de portraits de célébrités gasconnes, soldats, parlementaires, hommes d'Église : vous êtes dans une reproduction en modèle réduit de la salle des Illustres du Capitole de Toulouse !
Il vous reste encore à découvrir les cuisines, la salle de garde et sa cheminée monumentale, la chapelle antérieure au château, et à vous promener dans le parc pour admirer du bel ordonnancement de la façade côté jardin.

Noblesse de robe
Les Maniban sont une famille de bourgeois qui gravit l'échelle sociale en occupant des charges. Ce fut le cas de Jean, maître des requêtes ou notaire royal, puis de Thomas, son fils, avocat général du Parlement de Toulouse.
Le petit-fils de celui-ci fut président du Parlement du Languedoc. Le marquisat leur fut donné en 1681 : vous en trouverez la trace sur le fronton côté jardin, avec les armes gravées portant le double attribut de magistrat et de marquis.

<<< Retour à la liste <<<

 

Contact | Mentions légales | Nos partenaires | Plan du site