La revue de presse du Château




Téléchargez l'article
au format PDF

Au nom de Bacchus, portraits d'armagnac : Floriane de Ferron (Château du Busca-Maniban)

Cigare & sensations - n°6 - Printemps 2007 - 28 March 2007

C'est en 1649 que Thomas de Maniban construit cette merveille d'architecture gasconne à laquelle il adjoint ce qui est la plus ancienne brûlerie du Gers. La famille de Ferron rachète le château en 1802 à Madame de Liray. "L'histoire du château passe par les femmes. Mon ancêtre l'a donné en dot à sa fille et depuis trois générations il se transmet par les femmes..." explique Floriane de Ferron, élégante avocate revenue il y a 2 ans s'établir dans ce vaisseau dominant la Ténarèze. Sur les 200 hectares du domaine, 6 hectares d'ugni blanc sont consacrés à la production d'armagnacs complexes et profonds dont le 1974 emporta le Trofeo 2006. "Autrefois, on distillait pour la famille. Mon beau-père a commencé à vendre et, quand j'ai cessé mon métier d'avocat, j'ai continué. Je fais du 100 % ugni blanc car on n'est pas une terre à baco ni à folle blanche. J'ai un maître de chai qui s'occupe des vignes et un œnologue : Marc Lary. Le style des armagnacs du Busca-Maniban vient de l'unicité du cépage et des trois chais de vieillissement. C'est la tradition qui est dans les murs : le premier chai pour les eaux-de-vie jeunes, le deuxième intermédiaire et le troisième, le royaume des araignées, pour les vieux millésimes. C'est le plus sec qui date de 1649.
L'important est la précocité et le degré de la distillation. Nous n'avons pas les mêmes valeurs que le Bas-Armagnac : moi je distille entre 56,5 et 59°. Puis je mets en fûts neufs, j'aère deux à trois fois par an et je déguste régulièrement pour décider si on reste en fûts neufs ou non. Car c'est la nature qui fait la règle. Puis je crée des assemblages comme mon Napoléon qui a ses fanatiques. Mais ma marque, c'est le millésime. J'ai même dédié l'assemblage de deux barriques de 1988 à une Cuvée cigare ! Comme je suis toute petite, je peux mettre beaucoup de soin aux détails. Je veux le parfait."
Sur la différence entre cognac et armagnac : "J'ai des cousins qui font du cognac, Les cognaçais veulent quelque chose sans aspérité, lisse. Nous sommes rugueux dans la diversité et le fruité. C'est la différence entre un Gascon et un Charentais. On est ce que l'on fait."

<<< Retour à la liste <<<

 

Contact | Mentions légales | Nos partenaires | Plan du site